Skip links

NUMÉRO UN / Le Feu
Octobre 2018

Jean Cocteau, Clair-obscur, 1954
COMMANDER

Édito

Feu!
Je lis feu
Dans mille expressions
De ton visage et d’autres pages
Ailleurs

Les ravages d’un sifflet
Dans les guerres coups d’éclat
Où je montais en ligne
Parfois en me jetant
Le costume trop petit

Toujours à corps perdu
Je ne perçois rien d’autre
Qu’une nuit de grisou
Et tes bas artifices

Éclaboussant leur huile
Pour bâtir un royaume
Où ne coule plus de sang
Des passés sacrifices

Je ferai la bonne part
En reculant la terre
Impossible et splendide
La capitale d’écrire

Nous allumerons alors
La joie et tous nos jeux
En jetant un été
Par terre ou à côté

Et nous brillerons grégeois
A la houppe des chevaux
Volant au firmament
Des diamants dérobés

Ce mot que je déplie
Précieux
C’est l’amour d’un dos
Sur lequel pousse deux ailes
Qu’aucun n’embrasera

Comme un phare dans la lune
Une route carnavale*
Peut-être un univers
Allumez la lumière!

*carnavaler : vivre de soleil et de lune – être vivant

Auteurs
Etel Adnan,
Agathe Berthier,
Rémi Baille,
Arthur Bonny,
Arthur Dayras,
Asya Djoulait,
Céline Escouteloup,
Hôtel psychiatrique de Toulon,
Jacques Jouet,
Paul Laborde,
Edouard Luquet,
L.M.,
Paula Meissirel,
Gérard Mordillat,
Léa Moret-Bailly,
Francesca Quey,
Pierrick Rousset-Rouvière,
Guillaume Siaudeau,
Martin Valette